Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La symbolique du Graal

Publié le par Khrist

Qui a dit que mathématiques et littérature ne faisaient pas bon ménage? En tout cas, pas Jean-François Lecompte qui, dans son livre La symbolique du Graal, part du constat que "rien n'existe qui ne se vérifie en géométrie" (Marcellin Berthelot) pour déclencher son étude du célèbre Perceval ou le Conte du Graal de Chrétien de Troyes. Ce plan d'analyse se focalise uniquement sur le parcours de Perceval1 et s'intéresse aux douze rencontres faites par le "nicelot" au cours de son apprentissage de la chevalerie vers la connaissance spirituelle.



L'étude de Jean-François Lecompte a pour avantage de pouvoir se découper en plusieurs angles d'analyse tout en ayant pour origine un cercle découpé en douze parties à la manière d'une horloge inversée. Cela démontre, entre autre, que la structure du poème se décline en deux axes diamétralement opposés: un axe terrestre et un axe spirituel. La quête de Perceval se situe dans un niveau ascensionnel où le chevalier devra passer par divers épreuves:
- la connaissance du monde: Perceval est un garçon dont la mère le surprotège. C'est alors qu'il découvre des chevaliers.
- la connaissance des armes: grâce à Gornemant, il acquiert l'art du combat puis se fait adouber chevalier.
- la connaissance de l'amour: Blanchefleur lui fait connaître l'amour et lui fait découvrir pour la première fois sa "virilité" masculine.
- la connaissance de soi: sa cousine qu'il rencontre dans la forêt lui apprend son nom.
- la connaissance de Dieu: à travers l'enseignement de l'Ermite, il termine par le côté spirituel de sa quête.
Par conséquent, la quête de Perceval est une quête qui doit lui permettre d'atteindre son propre Graal à travers la connaissance. De plus, il y a une gradation2 dans cette connaissance d'un point de vue terrestre vers un dégré plus spirituel, ce que nous montre l'auteur en faisant apparaître la structure géométrique du poème.

Est-ce à dire que l'étude mathématique est une autre manière de concevoir l'analyse d'un texte? Selon l'auteur lui-même la géométrie ne peut se substituer à l'esthétique littéraire. Elle n'en est qu'un prolongement, une manière d'éclairer le texte afin d'aller encore plus loin. De plus, la rigueur des mathématiques fait que cette étude n'est valable que sur des textes à la structure très étudiée. Le poème de Chrétien de Troyes est en cela un chef d'oeuvre de beauté artistique, tant du point de vue de l'utilisation des mots, des figures de style, que sur le plan narratif. Cette structure apparemment simple qui passe de l'histoire d'un chevalier à un autre sans réelle transition cache en fait une architecture beaucoup plus complexe que le livre de Jean-François Lecompte décrypte très bien. Mais peut-on considérer que cette précision mathématique est applicable à tout travaux manuscripts?

Certains points restent tout de même obscures. L'auteur de La symbolique du Graal utilise d'emblée le mot "Graal" avec un article défini et une majuscule alors que Chrétien de Troyes a préféré l'article indéfini associé au mot "graal" tout en minuscule. L'article défini peut bien sûr s'expliquer par la coréférence textuelle qui se créee dès lors qu'un graal a été nommé. Mais faut-il vraiment l'associer au Saint Graal? Si la relique de Chrétien était si précieuse, alors l'apparition ne se serait pas faite d'une façon si commune (textuellement parlant3). C'est aussi ce passage d'un graal à "le Graal" chez Robert de Boron et les continuateurs de Chrétien qui constitue un mystère quant au message qui se profilait dans l'oeuvre de Chrétien qui devait sûrement arriver au cours de la 13ème scène non écrite. Une autre hypothèse se trouve dans le fait que le Graal ne peut acquérir toute sa puissance que si Perceval pose la bonne question. Le chevalier, qui reste silencieux lors de la procession au château de Roi Pêcheur, relègue "le Graal" au rang d' "un graal". Cette tendance à la transformation d'un objet commun (UN graal) à un objet de valeur (LE Graal) se retrouve dans l'alchimie.

1 Rappellons tout de même que Le Conte du Graal se présente comme deux histoires distinctes en suivant successivement les aventures de Perceval et celles, plus "terrestres", de Gauvain.
2 L'idée de gradation est bien présente dans l'étymologie même du mot "graal".
3 J'ajoute cette précision car l'apparition du Graal au sein du récit est loin d'être commne étant donné que Chrétien le décrit avec une lumière qui fait pâlir la lumière des chandelles. Mais au niveau de l'utilisation des mots, "un graal" fait beaucoup moins d'effet que "le Graal".

Liens:

Editions Edite: le site de l'éditeur.

Commenter cet article

Rabanmaur 17/12/2008 10:08

Il est évident, à la lecture du texte de C de Troyes, que le château du Roi Pécheur est un autre monde, hors du temps et de l'espace. Le Graal est l'objet emblématique de ce monde de lumière. C'est la clé du passage de l'un à l'autre. Mais Perceval n'est pas prêt pour le passage. Il ne pose pas la question. Il n'est pas dans une logique de quête du Graal mais simplement en situation de contemplation fortuite. C'est là qu'apparaît Maître Eckart.Pour trouver le Graal, Perceval va devoir "sanctifier" sa quête, lui donner un sens spirituel, et c'est vers la fin du récit qu'on y arrive avec les épisodes de la demoiselle hideuse et surtout de l'Ermite.J'ai publié une étude sur ce sujet aux éditions Edite. A votre disposition pour en parler.Bien cordialementRabanmaur

Khrist 17/12/2008 14:54


Merci pour ses approfondissements!!! En effet on peut considérer le château du roi pêcheur comme un autre monde, une cour bénie des dieux (d'où son nom Corbénic!!!). Mais la question qui se pose
est de savoir si c'est la quête qui doit se "sanctifier" (pour reprendre vos propres termes) ou si c'est Perceval lui-même qui doit passer par un chemin spirituel pour arriver à la connaissance du
Graal. Car, comme le démontre Jean-François Lecompte, la quête n'est pas seulement spirituelle mais un cheminement progressif qui passe aussi par exemple par le combat à l'épée. Bien sûr (et il y
aurait sûrement beaucoup à dire là dessus), on peut noter le fait que l'aspect spirituel dans la quête du Graal est l'un des plus importants. Etant donné que nous sommes dans la partie
"commentaires", je ne développerai pas plus avant.
Ceci dit, étant donné que vous avez consacrez une étude sur le sujet, peut-être serait-il judicieux de nous donner les réfèrences de votre livre afin d'en faire profiter les lecteurs de ce blog. Si
vous avez d'autres remarques, n'hésitez pas à me les faire parvenir par le biais de ce blog ou encore sur mon mail: FreeGrail@aol.com.


Rabanmaur 16/12/2008 19:59

Le Graal est d'abord un objet merveilleux, aux fonctions surnaturelles. Son rôle est d'une part d'assurer la relation entre le monde d'en bas et celui d'en haut et d'autre part de porter témoignage de cette relation.C'est donc à la fois un talkye-walkye et une photo, mais aucunement un téléviseur ... !Cet appareil (le Graal) ne fonctionne que si l'utilisateur a envie de s'en servir. Il peut arriver au monde d'en haut de se manifester de sa propre initiative. Dans ce cas, il s'agit d'une "épiphanie", du contact d'un prophète ou d'un rêveur.Le Graal, lui est permanent et définitif. Il est à notre disposition tout le temps pour sacraliser notre existence.Comme disait Maître Eckart : Ce ne sont pas nos actes qui nous sancrifient, c'est nous qui sanctifions nos actes.

Khrist 17/12/2008 09:39


Votre commentaire est intéressant mais sur quoi vous basez-vous pour définir le Graal comme un récepteur permettant de communiquer entre deux mondes? De plus, je ne comprends pas la place de la
citation d'Eckart dans votre argumentation!!!


pilou 23/10/2008 17:08

bonjour , je suis élève de 1L , au lycée de fécamp (76)  et je traite , en TPE( traveaux personnels encadrés) la légende du graal... c'est noté au baccalauréat!  et j'aimerai etre un peut éclairé !   en fait , ma question est simple : comment le "mythe" du Graal a fait pour persister a travers les âges ? par quels moyens ? et quelle est la vison du graal de nos jours ( je vien de lire l'article sur le graal aujourd'hui  , pourriez vous etre plus explicite ?! )  merci  bien !  j'attend votre réponse avec ferveur !

Khrist 24/10/2008 12:19


Je crains que les réponses a vos questions n'en déclenchent d'autres. Le thème du Graal, c'est un peu comme un labyrinthe. Quand on croit qu'on est dans le bon chemin, on se rend compte qu'à
l'arrivée il y a plein d'autres allées qui nous conduisent vers des endroits différents. De ce fait, il n'y a pas de réponses toutes faites aux questions que vous me posez. En tout cas, je peux
vous donner quelques pistes de réflexion:
- "comment le "mythe" du Graal a fait pour persister a travers les âges ?" Il faut savoir que le mythe du Graal n'a pas persisté à travers les âges comme certains peuvent le
penser. Après le 15eme siècle, les légendes arthuriennes sont tombés dans l'oubli. Elles ne sont réapparu que quelques siècles plus tard, aux 18ème et 19ème avec notamment les travaux des Pré
Raphaelites, dont on peut trouver des peintures assez facilement sur internet (voir par exemple Dante Gabriel Rossetti). Le mouvement se plaisait à illustrer des moments clés des mythes arthuriens.
Il y a eu aussi une résurgence du mythe avec le fameux Idylls of the King par Alfred Tennyson qui, en plus de réécrire l'histoire d'Arthur et de ses chevaliers, prône l'ère victorienne de
l'Angleterre aux valeurs puritaines de l'époque.
Pourquoi ce retour? Une certaine nostalgie des temps médiévaux. Il faut aussi savoir que certains roi anglais se sont servis d'Arthur pour asseoir leur descendance et ainsi légitimer leur présence
sur le trône.
En ce qui concerne le Graal, sa persistence vient du fait qu'il a réussit à revêtir plusieurs formes (comme on l'a remarqué plusieurs fois dans ce blog). Il apparaît autant dans les mythes
celtiques que nordiques, en occident ou en orient, pour être repris par les religions. Cette diversité fait que le Graal peut traverser le temps sans forcément perdre de sa consistence. Un exemple
concret serait un parallèle simple: quelle différence peut-on faire entre l'oeuvre de Chrétien de Troyes où le Graal apparaît comme une assiette contenant une hostie (voir Perceval ou le Conte
du Graal) et celle de Tolkien où le Graal s'est transformé en anneau (voir Le Seigneur des Anneaux). En dehors de toute considération de style littéraire ou artistique, on notera
simplement que le Graal s'est transformé. En un mot, c'est sa capacité d'adaptation au cours des siècles qui a contribuer à la survie du Graal.

- "par quels moyens ?": les moyens sont multiples. Tout d'abord les mythes arthuriens se sont transmis oralement et se sont disséminés à travers toute l'Europe grâce aux
troubadours et autres poètes itinérants. Ce sont ensuite les chroniqueurs qu'on oublie souvent de citer. Puis les écrivains ont largement contribué à élargir le mythe et le revisiter. On retrouve
aussi la peinture, l'architecture et plus récemment des médias comme le cinéma ou le télévision. Notons aussi que le 20ème siècle a vu l'explosion des études portant sur les "Dark Ages". De
nombreux critiques tels que Jean Marx ou Jean Markale ont étudié et développé des théories sur les légendes arthuriennes.

- "quelle est la vison du graal de nos jours?": difficile de donner une réponse précise. Mais il y a des facteurs que j'appelerai "facteurs d'influence". Je m'explique. Beaucoup
voit le Graal comme étant la coupe du Christ et je pense que le film d'Indiana Jones et la dernière croisade y a beaucoup contribué. La multiplication des médias fait qu'on est beaucoup
plus entouré par les différentes théories de chacun. La vérité est qu'on est pas plus avancé pour antant. Car devant cette multiplicité des médias est arrivé une multiplicité de formes qui ne
permettent pas de dire à quoi ressemble vraiment le Graal. C'est pour cela qu'il est plus judicieux de parler de symbole que d'objet. A vrai dire, tout le monde y voit ce qu'il veut bien y voir.
C'est ce que j'essayais d'expliquer dans l'article sur Le Graal, hier et aujourd'hui. Il suffit de taper "Graal" sur un moteur de recherche pour se
rendre compte de ce qu'englobe le mot. Il est donc très difficile de donner une vision définie du Graal.

J'espère avoir apporter quelques éléments de réponses. N'hésitez pas à venir reposter un commentaire ou m'envoyer un mail si vous avez des problèmes. En tout cas, je serai bien heureux si vous me
tenez au courant de la suite de votre TPE pour savoir comment vous abordez le sujet.

Bon courage


Le chevalier Dauphinois 31/05/2008 10:56

Passionné par le moyen âge mais surtout par les ruines, j'avoue n'avoir regardé le Graal que par le petit bout de la lorgnette. Mais j'avoue ne pas avoir pris le temps de mieux connaître ce "mythe" (oui, j'ai osé, maos il ne tient qu'à toi de me faire changer mon vocabulaire hihihi) qui semble si riche.... peut être que ces week-end plusieurs me donneront le temps d'aborder ce sujet qui je le pressens est très riche.... A bientôt messire.

Le Templier 05/05/2008 13:37

Bonjour, Je parcours le net sur mon univers et je suis tombé sur votre site traitant du graal.Tout de suite intéressé par ce que vous écrivez car j'ai la meme passion.Vous faites un lien entre le graal et son origine et la place du graal dans le monde contemporain ce qui est une vision assez originale mais cest vrai que chacun recherche son graal tout compte fait.J'ai créé un blog il y a quelques mois, je vous propose de le visiter : http://etains-du-graal.over-blog.com/et sil vous plait de faire un échange de favoris entre nos deux blogs qui traitent du meme univers.merci pour votre vision du graal

Khrist 06/05/2008 20:06


Merci pour votre message. Je mets votre lien dans la catégorie "Blogs Amis"